Dans le passé, Citibank Pakistan fournissait une passerelle aux fournisseurs de services commerciaux agréés (Cybernet, ECXS), mais ils ont également arrêté ce service. Quel est l’inconvénient du système à ce que les banques hésitent à fournir de tels services?

Les services de passerelle de paiement Internet arrivent au Pakistan. Ce n’était pas que les banques hésitaient à fournir de tels services, mais le business case n’avait aucun sens à l’époque.

Voici quelques facteurs qui ont contribué à la faible utilisation des cartes de crédit en ligne au Pakistan et au nombre de personnes qui ne sont pas favorables à l’analyse de rentabilisation.

  • Le nombre de cartes de crédit en circulation à l’époque était faible
  • Le numéro Internet du Pakistan était triste à l’époque (vers 2002-2003, etc.)
  • Les cartes de débit n’étaient pas répandues à l’époque
  • Les systèmes d’atténuation des risques, explicitement liés à l’AVS, etc., ne fonctionnaient pas .
  • Les services de cartographie IP étaient médiocres (pensez à MaxMind)
  • Les règles de gestion relatives à la réduction de la fraude n’étaient pas bien définies pour cette partie du monde (elles le sont maintenant).
  • Les systèmes de gestion de la fraude, destinés à des segments de marché extérieurs à l’Ouest, n’étaient pas largement disponibles. S’ils l’étaient, ils n’étaient pas acclimatés aux variables géographiques locales
  • Très peu de marchands étaient en ligne
  • Les achats en ligne ont posé un énorme défi à l’ensemble de la population en ligne
  • Le nombre de transactions et les revenus générés par ces transactions n’ont pas été très rentables. Les chiffres étaient lamentables avec quelques joueurs et il fallait vraiment quelques 1000 marchands actifs pour être dans l’espace (ce qui n’est jamais arrivé)
  • Les coûts d’infrastructure et de connexion à la passerelle de paiement étaient très élevés, le coût unitaire par transaction était donc très élevé

Tout ce qui précède a maintenant changé.

  • Les internautes sont plus de 30 millions
  • Facebook a transformé l’expérience en ligne pour des millions
  • Plus de 8 millions d’utilisateurs de Facebook
  • Coût unitaire pour l’hébergement, l’infrastructure a considérablement diminué
  • Les banques ne sont pas bien connectées
  • Grand nombre de détenteurs de cartes de débit et de crédit
  • Les gens sont plus enclins à faire des achats en ligne
  • Plus de 650+ marchands en ligne (toujours bas, mais néanmoins bien meilleurs qu’il ya dix ans)
  • Facilité d’installation d’une présence en ligne
  • Des services expérimentés d’atténuation des risques et de gestion de la fraude sont maintenant disponibles
  • Grande population de talents techniques dans le domaine de la propriété intellectuelle
  • Hausse des services électroniques (banque en ligne, etc.)
  • L’utilisation mobile, en particulier les smartphones, plaide en faveur des transactions en ligne
  • Le nombre de transactions s’est considérablement amélioré
  • Connectivité de passerelle de paiement multiple maintenant disponible
  • Les services de géo-IP se sont considérablement améliorés
  • Les règles de gestion pour la gestion de la fraude, etc. ont évolué
  • Facilité de connexion aux logiciels EFT et Core Banking
  • L’infrastructure de la banque est maintenant plus tolérante à la propriété intellectuelle
  • Les coûts de connectivité ont chuté
  • La demande du marché s’est améliorée

Statistiques Source: Statistiques sur l’utilisation d’Internet en Asie, sur Facebook et sur la population

Je suis d’accord avec Faisal, mais ce service de passerelle de paiement était assez logique il y a deux ans, lorsque le volume des transactions par carte de débit et e-banking a considérablement augmenté. En l’absence d’un tel fournisseur de services, la plupart des entreprises de commerce électronique sont désormais passées à la facturation à la demande, il sera difficile de modifier ce comportement des clients plus tard, lorsque ce service sera réintroduit au Pakistan. Deuxièmement, quiconque y parvient doit proposer un MDR raisonnable, sinon nous obtiendrons les mêmes résultats que les points de vente qui n’ont pas été capitalisés en raison du coût élevé pour le commerçant par transaction.